Solidaires Finances Publiques dénonce les multiples réformes qu’ont subies les missions de la sphère de Gestion Publique. Du NRP aux externalisations, elles n’ont eu pour conséquences qu’un affaiblissement de la qualité et de la proximité de nos missions de services publics ainsi que la dégradation des conditions de travail des personnels.

Un groupe de travail "Responsabilité des gestionnaires publics" s'est tenu le 3 novembre 2022.

 

Une des mesures du Ségur de la Santé en 2020 vise à mettre fin au mercenariat de l’intérim médical. De quoi s’agit-il ? Confrontés à une pénurie de praticiens, les hôpitaux n’ont pas d’autre choix que de faire appel à des médecins intérimaires. Mais ce système coûte très cher, jusqu’à plusieurs milliers d’euros pour une journée de travail. Depuis la fin 2017, ces missions d’intérim sont encadrées par un plafond réglementaire : pas plus de 1 170 euros bruts pour une journée de 24 heures. Sauf que, très souvent, ce plafond reste lettre morte. Concrètement, les établissements qui refusent de satisfaire les prétentions salariales ne trouvent pas de médecins intérimaires.

{tab title="Liminaire"}

Suppression de la RPP : la DGFIP coauteure, complice ou simple spectatrice de la suppression d’une garantie du contrôle de régularité de l’usage de l’argent public ?

Avec un empressement qui interpelle, ce Gouvernement veut aller très vite et mettre un terme au régime de la responsabilité personnelle et pécuniaire du comptable public. L’observateur peu averti, pourrait s’interroger. Pourquoi donc se précipiter pour mettre en musique une réforme de prime abord très technique avant la fin du quinquennat ?

Ce serait méconnaître le sens profond de ce que vous êtes chargés de nous présenter à grands traits aujourd’hui.